LE YAOURT:
HISTOIRE, AVANTAGES ET DIFFUSION D'UN ALIMENT DE PLUS EN PLUS APPRÉCIÉ

Si la glace à la saveur de yaourt, lancée par PreGel en 1985, est devenue un classique de la glace dans tout le monde, cela n’est pas dû seulement aux caractéristiques intrinsèques du yaourt, mais aussi, dans une égale mesure, à la vocation pour l’innovation de Mr Dr. Luciano Rabboni.
Le yaourt est un aliment précieux pour la santé, entré depuis quelques temps à faire partie de l’alimentation quotidienne: pour cette raison la naissance de la glace au yaourt a transformé la glace d’un simple moment de plaisir en une saine « tentation ».

 

UN PEU D’HISTOIRE
Les premiers témoignages de cet aliment appartiennent à des anciennes civilisations proche-orientales, vécues en 2000 avant J.C., qui le considéraient comme un moyen pour conserver le lait. En réalité, les origines du lait fermenté se perdent dans la nuit des temps, mais l’origine orientale de cet aliment semble bien fondée : on en trouve des traces dans les contes traditionnels des « Mille et une Nuits » et des études sémantiques font remonter le mot Yaourt au terme turc « yogurmak », qui peut se traduire par « mélanger ».
Les continuelles migrations des peuples en provenance des steppes de l’Europe de l’Est ont amené le yaourt à se répandre dans le bassin méditerranéen, et dans les siècles suivants les expéditions militaires des Phéniciens, des Egyptiens, des Grecs et des Romains ont achevé sa diffusion dans la plus grande partie du monde.

 
Le produit, comme nous le connaissons aujourd’hui, a des origines arméniennes-caucasiennes, mais la souche bactérienne qui s’est répandue le plus en Europe est toutefois la bulgare. Ce n’est qu’au début du 20ème siècle, avec les études du microbiologiste russe Metchnikoff de l’Institut Pasteur de Paris, que l’on a commencé à étudier la composition de la flore bactérienne du yaourt et à analyser les effets du yaourt sur les ennuis intestinaux. Le scientifique était intrigué par la longévité des populations du Caucase (grands consommateurs de yaourt) et il fut le premier en mesure d’isoler, avec ses recherches, le Lactobacillus Bulgaricus et le Streptococcus Thermophilus, responsable de la fermentation du lait, de laquelle le yaourt provient.